Enquête inédite au pays des crop circles

Le papillon de Hailey Wood 2007

Histoire de notre humanité


Sophie était immobile, froide, comme si son esprit avait un instant quitté son corps. 

Des images défilaient devant mes yeux hallucinés par tant de beauté. Je voyais toute la construction de ce fantastique mandala se dessiner, les cercles se croisaient s’offrant tour à tour à la magie des symboles. Il y eu d’abord un seul cercle, le premier, incarnation du divin si cher à Léonard de Vinci. Puis pareil à la division de deux cellules, la naissance opéra et des deux cercles apparut la mandorle, ce grand symbole chrétien, représentant Jésus, l’enseignant. Nos frères de lumière nous enverraient-ils un message à suivre ?

A partir de cette union, on pouvait donc tracer un petit cercle, la genèse était à l’œuvre.


C’est ce tout petit élément qui va enfin permettre de tracer une série de cercles. Pas un trait inutile, pas un trait de trop, tout est lié comme chaque mot d’une longue histoire.
La beauté règne en maître et l’harmonie l’accompagne. Avant de devenir un merveilleux papillon, il y a une étape à vivre, celle qui correspond à la chenille exprimée par ce superbe dessin.
Neuf cercles, neuf comme le chiffre de Marie, les neuf templiers, le cœur de la croix celtique, et tout simplement les neufs cycles de la lune, la naissance, la métamorphose, la porte d’accès à la vie.

Il n’y a pas de hasard, même le dessin exprime ce passage. Que va donner cette chenille !

Les cercles dansaient devant moi, dans le fourmillement lumineux du prana, des milliers de points luminescents zigzaguaient comme autant de lucioles sur fond de ciel bleu.

A nouveau, neuf grands cercles apparurent, comme le grand cocon dans lequel la chenille allait disparaître. Etait-elle enfin parvenue au cœur de la cible, sommes nous arrivés au cœur du changement ? Cette chenille, c’est notre humanité rampante, qui n’attend plus que le Christ en son cœur, pour sortir de sa Chrysalide, et se réaliser "au fil de soi."

Puis je vis se former les dix huit cercles d’où partirent trente deux rayons. Ainsi le papillon commençait à vibrer, à palpiter dans la clarté du jour, dans cet espace éthéré. Il était lumière avant de s’incarner dans le champ de céréale, de s’incruster par amour en Gaïa.

Puis le papillon s’envola pour se fondre dans le ciel. Je suis revenu, les yeux pleins des merveilles que ces instants magiques m’avaient offerts.

Je n’avais plus au fond de moi que ces deux grands yeux, profonds et mystérieux comme un masque vénitien.

-Dis-moi, Manu, le symbole du papillon n'a pas été choisi au hasard.


-Il est en effet le mieux adapté à notre expérimentation terrestre actuelle et aux importants changements auxquels nous allons tous être confrontés au cours des prochaines années. Tu as pu voir qu’il renferme la synthèse des enseignements spirituels adressés à notre humanité. Même les tracés nous parlent de cela, ils décrivent et résument le processus mystérieux que nous nous apprêtons à devoir traverser, une extraordinaire transformation.
-Ce papillon ressemble à un masque et ses grands yeux nous renvoient à nous même, comme à travers un miroir.
Jean souriait.

-Tu te souviens Chris, des paroles de Jésus. « Si vous ne mourez pas, vous ne vivrez pas » L'idée de "mort", telle qu'elle nous fut transmise par Jésus,  signifie en fait un changement d'état de conscience, un changement de fréquence vibratoire et le royaume de Dieu est ce monde de lumière. Le papillon accepte de se laisser mourir pour vivre. C’est le grand secret que la nature a inscrit en nous.
-Nous sommes donc des chenilles, parfois même des grosses larves qui saccagent et souillons tout sur notre passage. Et comme elles, nous allons devoir réfléchir et nous arrêter.

-Oui, il va falloir lâcher prise, se construire une retraite, un cocon de sûreté pour être à l’abris des méfaits de notre activité humaine et surtout à l’intérieur de nous, « au fil de soi » trouver un lieu spirituel dans lequel nous ferons entrer le Christ.

-La Chrysalide,  c’est ça l’idée !
-Il faut prendre conscience de notre laideur, de nos limitations, et nous transformer. Les forces mystérieuses qui métamorphosent la chenille, nous transformeront nous aussi, il suffit de le demander, d’en avoir l’intention.
-L’intention, c’est une force et nous l’oublions toujours !


Le papillon avec ses ailes magnifiques pourra donc voler de fleurs en fleurs, se nourrissant de ce que la nature a fait de meilleur, de plus pur. Quelle leçon ! Nous mangeons comme des chenilles, mais il ne tient qu’à nous de nous nourrir de façon plus subtile sans abîmer la nature et de profiter du nectar de la vie, comme le disent les grands sages.

-Sortir de cette condition de chenille ! Le moment est venu où chaque être humain doit enfin comprendre tout cela. Il doit mourir à lui-même pour renaître dans la splendeur de l’univers et s’ouvrir à une vie de joie, de liberté et de beauté. Quel enseignement, n’est ce pas ?
-Pourtant si la chenille se presse trop et qu’elle s’arrête de manger pour entrer dans son cocon… elle meurt pour de vrai.
-Exact, elle est obligée de respecter le rythme de la nature et doit s’arrêter au bout de quarante jours. Mais la plupart d’entre elles continue de manger.
-La chenille vit vraiment quarante  jours !
-Oui, c’est son cycle, ensuite elle crée son cocon.
- Si elle veut continuer plus de quarante jours sa vie de chenille, meurt-elle ?

-Hélas oui ! Mais si elle s'arrête, jeûne et s'enferme dans un nid de soie, elle se métamorphose en papillon. Les gens n’aiment pas les chenilles, quand ils ont un jardin ils s’en plaignent et les chassent dès qu’ils le peuvent. Par contre des qu’ils aperçoivent un papillon, c’est comme un moment de grâce. Au bord d’un ruisseau ils penseront aux elfes, aux petites fées et combien rêvent d’avoir un jardin empli de ces petits êtres ailés symbole de volupté et d’élégance.

-En fait nous rejetons ce qui est laid mais ne faisons pas l’effort de transformation.

-C’est malheureusement ce qui se produit, nous croyons qu’en rejetant la part d’ombre de l’autre, et en nous éloignant le plus possible de cette image sombre, cela va suffire. Mais pas du tout, c’est pire, on se croit sauver mais on s’enfonce dans l’horreur oubliant l’heure du changement. C’est au contraire en acceptant notre évolution et nos défauts que nous pourront nous améliorer et renaître à une vie plus éclairée. Hélas ! Ils sont trop nombreux à rester enfermés dans leur premier corps, nécessaire au départ mais qu’il faut quitter au bon moment. L’ego nous structure, mais plus tard il nous tue.

On finit par ressembler à ce que l’on vit, à ce que l’on mange, à ce que l’on pense.
-La santé est-elle là pour nous rappeler l’heure ?
-Exactement, le corps et le cœur sont liés à la nature et à Dieu bien plus que l’ego, ils nous préviennent. Il faut écouter son corps. Passer à une autre nourriture, progressivement sinon, on s’enfonce dans la matière et plus rien n’est possible.

-Jean, tu veux dire qu’il faut devenir végétarien ?

-Il faut que la conscience fasse son travail sur le corps. Il faut mourir à tout ce qui est inférieur en nous pour vivre dans l’amour.
-Tu veux dire que cela se fait automatiquement !
-Oui, si tu lâches la haine tu ouvres ta porte à l’amour, et ça ne fonctionne pas autrement. Tu sais, cela fait dix ans que je suis végétarien et je n’arrive plus à comprendre comment on peut se délecter à manger du cadavre animal. Si tu observes bien, tu verras que le fait d’élever et de tuer tous ces animaux de façon « intensive », a contribué à déséquilibrer la terre.

-Crois-tu qu’il y ait un autre message, dans ce crop circle ?
-C’est déjà pas mal !
-Pourquoi ce papillon ressemble-t-il à un joli masque vénitien ?
-C’est bien vu, sans doute une façon de montrer que nous sommes au centre du message et que la métamorphose de ce papillon est une métaphore, c’est à nous que ce crop circle est adressé. C’est même une forme d’avertissement, on nous regarde droit dans les yeux. 
-Ou on nous le met sous les yeux ! Ce qui revient au même. Que penses-tu de l’effet papillon ?
-Encore une urgence, une façon de nous dire que des petites erreurs peuvent engendrer des catastrophes immenses. A l’inverse un changement d’habitude peut apporter d’énormes bienfaits. D’une façon général, nos décisions et nos gestes individuels ont plus de conséquences qu’il n’y paraît.

Dernières nouvelles Rauwiller 2015 Crop 2014 Un curieux crop circle 17 mars 2014 Un beau message crop circles 2013 Voyage en Angleterre 2013 Imling 2013 Angleterre crop circles 2012 Crops en france 2012 Premier crop 2012 Saison juillet 2011 Crop 11 juin 2010 A qui profite ce genre de chose? Le faux sert le vrai Yogyakarta 2011 Angleterre 2010 Pourquoi y a t'il de faux crop circles ? Aoravoyages Cocréation ou synchronicité ? Italie mai 2010 Entrée Navigation